S'identifier - Contact

InnovAfrica

InnovAfrica : la fête de l'Innovation Africaine
Pour la quatrième fois en Afrique Sub-Saharienne, un évènement, le Forum InnovAfrica, permet
 la mise en réseau des porteurs d'initiatives sur les usages innovants dans le Sud en matière de technologies et d'innovation sociale. 

Forum InnovAfrica du 26 au 30 novembre 2012 à Dakar (Sénégal)
>> Plus d'information sur le Forum InnvoAfrica 2011 de Ouagadougou, cliquer ici. <<

Le français familier

> Le français familier

(Retour au sommaire)

 Le français standard et les "gros mots"

 

 

Je cherchais des informations sur l’origine de cette expression “les gros mots”, mots d’argot en France, et, au contraire, mots savants dans certains pays d’Afrique. Je suis tombée par hasard sur un ouvrage collectif « L’autre enquête : Médiations littéraires et culturelles de l'altérité. » édité par  Nella ArambasinLaurence Dahan-Gaida.
iAccessible ici . Je viens le partager avec vous car il évoque, sur bien des points selon moi, notre problématique de l’interculturel en Francophonie à travers une réflexion sur l’autre, sa culture, son approche d’une langue pourtant commune qu’est le français, et le partage de cette langue dans ses différencesUn extrait littéraire met en scène cette réflexion sur l’altérité « d’une langue dans ses variétés». L’extrait cité provient de « Allah n’est pas obligé » (prix Renaudot 2000) de Ahmadou Kourouma.

"Pour raconter ma vie de merde, de bordel de vie dans un parler approximatif, un français passable, pour ne pas mélanger les pédales dans les gros mots, je possède quatre dictionnaires. Primo, le dictionnaire Larousse et le Petit Robert, secundo L’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire et tertio le dictionnaire Harrap’s. Ces dictionnaires me servent à chercher les gros mots et surtout à les expliquer. Il faut expliquer parce que mon blablabla est à lire par toute sorte (sic) de gens : des toubabs (toubab signifie blanc) colons, des noirs indigènes sauvages d’Afrique et des francophones de tout gabarit (gabarit signifie genre). Le Larousse et le Petit Robert me permettent de chercher, de vérifier et d’expliquer les gros mots du français de France aux noirs nègres indigènes d’Afrique. L’Inventaire des particularités lexicales du français d’Afrique explique les gros mots africains aux toubabs français de France. Le dictionnaire Harrap’s explique les gros mots pidgin à tout francophone qui ne comprend rien de rien au pidgin". Les « gros mots » appartiennent bien ici au « gros français », le français académique et savant.
 
L’article explique aussi la signification du « français toubatou » (issu de « toubab »), le français de France, une « langue étrangère, au sens de venue d’ailleurs, de langue de l’Autre » et nous interroge sur la notion de français « standard » (accepter les standards locaux et leur légitimité sociale). Je vous recommande cette lecture à partir de la page 33 et termine avec une citation dAhmadou Kourouma : 

" La francophonie intègre maintenant beaucoup de néologismes originaires d’Afrique, tient compte de notre usage du français comme le prouvent ces dictionnaires du français d’Afrique, ces dictionnaires pour la francophonie, etc. que je vois paraître de plus en plus nombreux. Pour nous, cela est très important : le fait d’entrer dans ces dictionnaires confère une légitimité à notre usage de la langue et nous libère en quelque sorte. Considérez le cas du portugais et de l’espagnol et voyez combien l’usage que font les Latino-américains de ces langues leur a permis de se développer et de se générer ".(http://www.unice.fr/ILF-CNRS/ofcaf/15/dumont.html)


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

En collaboration avec l'Atelier Concordance et MLB - I.E.F.E. - Montpelier 3, vous trouverez ci-après quelques expressions familières et exercices sur ce sujet.
 
Ne pas être né d'hier :  Avoir de l'expérience.
 
Jeter de l'huile sur le feu : Envenimer une situation.
 
Ne pas arriver à la cheville de quelqu’un : Etre inférieur à quelqu'un.
 
Couper les cheveux en quatre / Chercher la petite bête : Etre trop minutieux - Tout compliquer.
 
Ne pas oser ouvrir la bouche : Ne pas parler.
Etre muet comme une carpe = Idem
 
Avoir quelque chose sur le bout de la langue : Chercher un mot.
 
Avoir un cheveu sur la langue : Avoir un défaut de langue.
 
Joindre l'utile à l'agréable : Atteindre deux objectifs (l'utile et l'agréable) en faisant une seule action.
 
Se porter à merveille, se porter comme un charme : Etre en bonne santé.
 
Etre à la hauteur : Dominer la situation - Etre capable de...
 
Avoir le coup de foudre : Tomber amoureux dès la première rencontre.
 
Mettre les points sur les i : Préciser les choses.
 
Faire la grasse matinée : Dormir tard dans la matinée.
 
Etre la prunelle de mes yeux : Etre très important, essentiel pour une personne.
 
Avoir un coeur d'or : Etre très généreux.
 
Couper la poire en deux : Partager la différence (Par exemple : Lors de l’acquisition d'une maison, la différence entre le prix fixé par le vendeur et le prix proposé par l’acheteur est divisé par deux).
 
Jouer franc jeu : Etre direct - Ne rien cacher.
 
Cela s'arrose : Fêter l’événement heureux en partageant un verre.
 
Avoir une dent contre quelqu'un : En vouloir à quelqu'un qui vous a fait du mal.
 
Voir la vie en rose : Etre optimiste.
 
Un éléphant dans un magasin de porcelaine : Etre dans un milieu (situation) qui n'est pas naturel (le). On peut imaginer les dégâts que peut causer un éléphant dans une boutique où l'on vend des objets précieux en porcelaine.
 
Il tombe/il pleut des cordes : Il pleut beaucoup.
 
 Prendre quelqu’un la main dans le sac : Attraper quelqu’un  en train de voler.
 
Se jeter dans la gueule du loup : Aller directement vers le danger.
 
Jeter l’argent par les fenêtres : Dépenser son argent pour des choses inutiles - Gaspiller son argent
 
Retourner sa veste : Changer facilement d'opinion politique.
 
Le faire quand les poules auront des dents : Ne jamais le faire.
Le faire la semaine des quatre jeudis : Idem.
Le faire à la Saint Glinglin : Idem.
 
Ce ne sont pas mes oignons : Ce ne sont pas mes affaires - Cela ne m'intéresse pas.
 
Mêle toi de tes oignons : Occupe-toi de ce qui te regarde.
 
Etre dans le pétrin : Etre dans l'embarras, dans une situation difficile.
 
Remuer ciel et terre : Faire tout ce qui est possible pour atteindre un objectif.
 
Décrocher la timbale / Décrocher le gros lot : gagner une somme considérable ou obtenir quelque chose de valeur.
 
Voir le bout du tunnel : Sortir d'une situation difficile.
 
Avoir d’autres chats à fouetter : Avoir d'autres préoccupations.
 
Appeler un chat un chat : Etre réaliste - Dire ce qui est, de façon précise.
 
Retrousser ses manches : Se mettre au travail.
 
Coûter les yeux de la tête : Coûter très cher.
 
Tourner autour du pot : Ne pas arriver à aborder le sujet principal.
 
Manger les pissenlits par la racine : Etre mort (sous la terre).
 
Se serrer les coudes : S'entraider.
 
Se tenir à carreau : Faire attention à ce que l'on fait.
 
Etre laid à faire peur : Etre très laid.
Etre moche comme un pou : Idem.
--------------------------
 
 
Expressions avec " Blanc"
 
Une Blanche : Personne à la peau claire ou valeur d’une note de musique.
 
Un blanc ; Un silence dans une conversation.
 
Une bière blanche : Type de bière de couleur claire.
 
De la blanche : De la drogue.
 
Arme blanche : Arme à lame.
 
Un chèque en blanc : Sans indication du bénéficiaire = Donner autorisation à quelqu'un de tout faire.
 
Blanc-bec : Jeune homme ignorant et prétentieux.
 
Un petit blanc : Un verre de vin blanc.
 
Etre blanc comme un cachet d'aspirine : Ne pas être bronzé du tout.
 
Etre blanc comme un linge : Être pâle, livide.
 
Etre blanc comme neige : Innocent.
 
Les blouses blanches : Le corps médical hospitalier.
 
Col blanc : Employé de bureau, par opposition à l'ouvrier.
 
Colère blanche : Colère très forte - "Etre blanc de colère".
 
Examen blanc : Examen - test.
 
Nuit blanche : Nuit passée sans dormir.
 
Oie blanche : Ingénue.
 
Page blanche : Page vierge.
 
Les pages blanches : Annuaire téléphonique des particuliers.
 
Peur blanche : Grande peur.
 
Voix blanche : Voix sans timbre.
 
Vers blancs : Vers non rimés.
 
Vote blanc : Vote d'abstention ou de rejet, protestataire.
 
Avoir / Donner carte blanche : Avoir / Donner tout pouvoir à quelqu’un.
 
Chauffé à blanc : Porté à une température élevée.
 
Etre connu comme le loup blanc : Très connu.
 
De but en blanc : Ex. : « Dire quelque chose de but en blanc » = Dire les choses directement, sans détours.
 
Etre/mettre dans de beaux draps blancs : Être / Mettre dans l'embarras.
 
Se faire des cheveux blancs : S'inquiéter.
 
Faire chou blanc : Echouer.
 
Fixer quelqu'un dans le blanc des yeux : Le regarder avec insistance.
 
Hisser le drapeau blanc : Se rendre, capituler.
 
Histoire cousue de fil blanc : Histoire où tout était prévisible.
 
Manger son pain blanc en premier : Commencer par le plus agréable.
 
Montrer patte blanche : Justifier de son identité, d'une autorisation pour être admis.
 
Un merle blanc : Au sens figuré, l’expression désigne une chose d'une grande rareté ou une personne aux qualités exceptionnelles.
"Si tu fais cela, je te paie un merle blanc" : Se dit lorsque l'on veut défier quelqu'un : La chose demandée est considérée comme impossible.
 
------------------------
 
IDIOMES avec des comparaisons
 
1 - Avec “ ETRE ” :
 
Etre paresseux comme une couleuvre : être très paresseux.
 
Etre riche comme Crésus : très riche.
 
Etre pauvre comme Job : très pauvre.
 
Etre faux comme Judas : hypocrite.
 
Etre fort comme un boeuf, comme Hercule : très fort.
 
Etre maigre comme un clou : très maigre.
 
Etre fier comme un paon : orgueilleux.
 
Etre bête comme ses pieds : très bête.
 
 
Devinez le sens des autres expressions :
 
Etre sourd comme un pot
Etre mou comme une chique
Etre rusé comme un renard
Etre muet comme une carpe
Etre clair comme de l’eau de roche
Etre clair comme de l’eau de vaisselle
Etre simple comme bonjour
Etre long comme un jour sans pain
Etre beau comme un dieu
Etre solide comme un roc.
 
Cherchez d’autres expressions contenant le verbe “Etre”.
 
 
2- Avec d’autres verbes :
 
Se sentir comme un poisson dans l’eau : très bien.
S’entendre comme chat et chien : très mal.
Boire comme un trou : beaucoup.
Manger comme quatre : beaucoup.
Manger comme un goinfre : Idem.
Manger comme un petit oiseau : très peu.
Courir comme un chat maigre : très vite.
Accueillir quelqu’un comme un chien dans un jeu de quilles : très mal.
 
Devinez le sens des autres expressions :
 
Retomber toujours sur ses pieds
Aller comme un gant
Aller comme un tablier à une vache
Manger comme un cochon
Parler comme une pie.
 
 
EXERCICE sur les idiomes à partir de la chanson « Des pieds et des mains » interprétée par Linda Lemay.
 
J'ai bien fait des pieds et des mains
Pour éviter qu'au petit matin
Sans exception depuis des mois
Tu ne te lèves de ce pied-là.
C' matin, c'est un pied dans la bouche
Et c'est les deux mains dans les couches
Que j' t'ai vu mettre le pied dehors...
Pendant des heures, j'ai fait l' pied d' grue
Avec mon cœur gros sur la main
Et de pied ferme, j'ai attendu
Que tu reviennes, mais en vain.
Ce soir, au pied de l'escalier,
Je n'ai vu venir que la brunante.
C'est dur de monter me coucher
Sans te tenir la main courante.
Cette main que tu t'es faite sur moi,
Mets-la au cul d' qui tu voudras.
Maintenant, ton pied, qu' tu l' prennes ou pas,
J' m' en lave les mains,
Même celle des deux que t'as demandée
Comme un gentleman à mon père,
Je m'en vais me la savonner
Jusqu'à m' libérer l'annulaire.
Faut qu' j' prenne mon courage à deux mains
Et que j' retombe sur mes pieds
Puisque c'est clair qu' t'as levé les tiens
Et qu' tu t' les es pris quelque part.
T'as sûrement sauté à pieds joints
Dans le premier lit d'occasion
Et tu as sûrement bien en main la situation.
Ton piédestal a basculé
Et tu t'en sors avec rien.
Oui c'est à moi qu' ça casse les pieds.
A moi que ça fait du chagrin
D'imaginer la Cendrillon
Qui a trouvé chaussure à son pied
En choisissant comme chausson
L'homme de seconde main que tu es...
J' mettrais bien ma main au feu
Qu' tu mets déjà la tienne aux fesses
Et au reste du corps pulpeux de ta princesse.
Cette main dans laquelle je mangeais
Jusqu'à c' matin avant qu' tu partes
Alors qu'à tes pieds je dansais
Sur je n' sais plus quel pied de guerre.
Je donnerais ma main à couper
Qu' ta main de maître a pris maîtresse,
Une qui t'offre au pied levé un pied à terre,
Une aux mains douces qui te fait
Un impeccable nœud d' cravate
Pendant qu' les mains sous l' robinet,
Moi, je m' libère l'annulaire !
 
 
EXERCICE d'application
 
Dans la chanson « Des pieds et des mains », interprétée par Linda Lemay, vous relèverez les expressions idiomatiques contenant les mots « pied » et « main » et vous tenterez de les expliquer.
 
Corrigé :
 
ETUDE des expressions idiomatiques dans la chanson de Linda Lemay : « Des pieds et des mains ».
 
       1) Expressions contenant le mot « Pied » :
 
 
« Faire des pieds et des mains » : Agir par tous les moyens pour atteindre un but.
 
« Tu te lèves de ce pied-là » : Se lever du pied gauche - « se lever de mauvaise humeur » - mal commencer la journée (référence au latin « sinistra » : « gauche » qui amène des désagréments, le malheur.
 
« C’est un pied dans la bouche » : Ici, elle a le pied du bébé dans la bouche car elle est en train de changer sa couche (jeu avec l’enfant).
 
« Mettre le pied dehors » : Sortir.
 
« Faire le pied de grue » : Attendre debout, au même endroit (« gruer » signifiait « attendre »).
L’expression fait référence à la grue (oiseau - échassier) qui reste souvent longtemps immobile sur une patte.
Au XVIème siècle, l’expression était : « faire de la grue », puis, au XVIIème siècle : « faire la jambe de grue » et enfin « faire le pied de grue ».
Par métaphore, la « grue » désigne une prostituée qui reste à attendre les clients sur les trottoirs.
Notons que « grue » désigne aussi une personne peu intelligente, niaise.
 
« Attendre quelqu’un de pied ferme » : S’emploie pour montrer qu’on ne craint pas cette personne (Attendre avec la ferme intention de l’affronter, de lui parler sans détours…).
 
« Au pied de l’escalier » : En bas de l’escalier.
 
« Prendre son pied » : Prendre du plaisir (Dans le domaine sexuel et dans d’autres domaines aussi).
 
« Retomber sur ses pieds » : S’arranger pour avoir raison.
 
« Lever le pied » : Partir - Fuir - Ralentir.
 
« Se prendre les pieds dans… » (dans le tapis, par exemple) : Trébucher et tomber.
 
« Sauter à pieds joints » : Sauter sur ses deux pieds.
 
« ça lui casse les pieds » : Cela l’ennuie, le dérange.
 
« Trouver chaussure à son pied » : Trouver l’âme sœur, un(e) amoureux (se)…
 
« Danser sur un pied de guerre » : Se préparer à faire la guerre (Cf.  Indiens), à entrer en conflit avec quelqu’un.
 
« Faire quelque chose au pied levé » : Le faire sans préparation.
 
« Un pied à terre » : Un appartement que l’on occupe occasionnellement.
 
 
         2) Expressions contenant le mot « Main ».
 
« Avoir le cœur sur la main » : Etre généreux / « Avoir le cœur gros » : Avoir du chagrin - Etre malheureux.
 
« Sans te tenir la main courant » : Ici, création d’une expression à partir de :
1)    « Se tenir la main » - Ex : Deux amoureux se tiennent la main (par la main)
2)    ici, la main courante désigne la rampe (dans un escalier).
 
« Se faire la main sur… » : Apprendre à faire quelque chose (s’entraîner).
Ici, cela renvoie au domaine sexuel.
 
« S’en laver les mains » : Expression extraite de la Bible (Cf. Ponce Pilate) : Ce n’est pas à cette personne de prendre la décision… Cela ne la concerne pas.
 
« Demander la main de… » : Demander en mariage.
 
« Prendre son courage à deux mains » : Se décider courageusement à accomplir une action difficile.
 
« Mettre la main aux fesses » (familier) / Mettre la main au cul (populaire) : Geste sexuel.
 
« Avoir bien la situation en mains » : Maîtriser la situation.
 
« Etre de seconde main » : Etre d’occasion (Quelque chose qui a déjà servi - Ici, ironique : il s’agit du mari…).
 
« Mettre sa main au feu / Donner sa main à couper : Etre tellement sûr de détenir la vérité que l’on peut proposer de mettre sa main au feu ou de la donner à couper sans prendre de risque.
 
« Manger dans la main de quelqu’un » : Etre soumis, dépendant.
 
 

Correspondants.org

Plus de 600 Correspondants TIC et 2500 sympathisants échangent en français sur les usages innovants des technologies et sur les particularités des civilisations francophonnes 
 
secrétariat du réseau :


Recherche


Archive : tous les articles

Interculturel


Participez au projet
Civilisations Francophones
Contribuez en
Photos, Vidéos, Audios, Textes
 
Avec le soutien de

suivre ce projet RSS



Le réseau Correspondants.org